VIAGER A BRIOUDE JULIEN GONON (Agent immobilier à Brioude)

Selon Julien Gonon, agent immoblier à Brioude, les seniors sont de plus en plus ouverts à ce type de vente.

Dans le Sud de la France et à Paris, la vente en viager prospère. Dans le Brivadois et plus largement en Haute-Loire, on résiste encore et toujours à cette tendance. Mais pour combien de temps ?

Le viager a-t-il mauvaise presse dans le Brivadois ? Aujourd’hui, il représente en tout cas une infime partie des transactions immobilières dans la région. Que ce soit dans les agences immobilières ou chez les notaires de Brioude, c’est la même rengaine : 

« Cela a dû nous arriver une, voire deux fois, en quinze ans, pas plus. Vous savez, les vendeurs n’aiment pas parier sur leur mort et les acheteurs souhaitent occuper leur futur logement rapidement »

AGENT IMMOBILIER (de chez Abry Immobilier à Brioude)


En effet, dans le cadre d’un viager occupé, l’acheteur doit attendre le décès du rentier pour avoir l’usufruit du logement. « Pourtant, c’est un marché à exploiter », concède l’agent immobilier.

Une infime partie des transactions immobilières

Anne-Sophie Mourier-Durand, notaire à Brioude, confirme que le viager est une denrée rare. En dix-huit ans de carrière, elle a enregistré deux ventes en viager. « En plus, l’une d’elles s’était conclue entre des personnes qui se connaissaient déjà. Pourtant, ça se fait beaucoup dans le sud mais clairement pas dans le Brivadois. »

Julien Gonon est agent commercial, à Audenis Porte immobilier, dans la rue Jules-Maigne. Il travaille depuis 11 ans à Brioude. À l’instar des autres agences de la ville, le viager ne représente qu’une infime partie des transactions immobilières de son enseigne. Sur les cinq dernières années, l’agence n’en compte qu’une sur une centaine de ventes. Mais l’agent estime que le viager aura le vent en poupe dans les deux ans à venir. « On a une population composée de nombreux seniors avec un pouvoir d’achat qui se restreint. »

Le Brivadois attire les jeunes familles

Avec la pandémie, le Brivadois a vu arriver de nouveaux acheteurs attirés par des prix attractifs, la qualité de vie proposée et un système de santé disponible. De jeunes familles qui ont vécu les confinements dans des grandes zones urbaines souhaitent s’installer dans « des villes à taille humaine, près de la campagne ».

L’agent immobilier analyse : « Il est possible qu’on arrive à augmenter le nombre de viagers. Les conditions ne sont pas encore tout à fait réunies dans la région pour que ce type de transaction s’implante, mais les seniors sont de plus en plus ouverts à ce type de vente. Certains poussent la porte de l’agence pour s’enquérir des modalités. Mais d’un autre côté, pourquoi un acquéreur irait-il s’embêter à acheter un bien avec quelqu’un dedans, s’il y en a pléthore vides ? », s’interroge Julien Gonon. Il faut deux parties pour conclure un contrat et ce n’est pour l’instant pas le cas en Brivadois.

« Il y aurait plus de vendeurs que d’acheteurs donc on ne prospecte pas »

JULIEN GONON (Agent immobilier à Brioude)

 Mais le Covid est en train de changer la donne. Brioude est de plus en plus attractive, les biens vont donc se raréfier et les acheteurs pourraient bien se tourner vers le viager…

Laurianne Nomel

mars 12, 2021